Formats de fichiers

Diversité des formats de fichiers

Les logiciels produisent des fichiers, avec des formats différents.

Les fichiers les plus familiers sont les documents variés que l’on côtoie tous les jours, texte, musique, images, vidéos.

  • Il existe de très nombreux formats de fichiers, parfois liés à un logiciel particulier, parfois lisibles avec différents logiciels.
  • N’importe quel document, texte, image, vidéo, son, musique, est enregistré, à travers un logiciel, dans un fichier, sous un certain format.
  • Il y a des formats ouverts, des formats fermés et des formats semi-fermés.

Format

Un format est une manière d’organiser un document, selon son type. Il existe des formats différents selon les types de document (musique, image, texte) mais aussi selon les types de logiciels et aussi dans un même type de logiciel, comme les traitements de texte. Par exemple, le module le traitement de texte LibreOffice Writer peut lire et enregistrer un fichier dans différents formats, dont les formats fermés (= propriétaires) du monopole M$Office Word (formats DOC et DOCX).

Le nom du format s’écrit en majuscules, sans point devant. PNG, par exemple, est un format d’image ouvert.

Il existe trois genres de format :

  1. Formats ouverts
  2. Formats fermés (= propriétaires, code secret ou brevet), en particulier pour l’audio et la vidéo mais aussi pour des documents textuels (comme ceux de M$Word, DOC et DOCX)
  3. Formats semi-fermés (= «documentés»)

Enregistrer ou exporter

Une application enregistre un fichier dans son format par défaut mais la plupart des applications peuvent enregistrer un fichier sous un autre format. LibreOffice Writer enregistre un texte par défaut sous le format ODT mais peut aussi l’enregistrer sous le format DOC ou DOCX de M$Word.

«Enregistrer sous» veut donc dire que le document enregistré peut être modifié ensuite dans LibreOffice Writer ou dans un autre traitement de texte qui utilise le même format. Le document exporté, lui, peut être ouvert et lu dans une autre application que LibreOffice, M$Word dans notre exemple.

«Exporter» veut dire transformer le document dans un format qui n’est pas inclus dans les formats d’enregistrement de l’application utilisée et qui ne peut pas être directement ouvert dans l’application. Le document s’ouvrira dans une autre application.

Ainsi, LibreOffice Writer peut exporter un texte au format PDF, LibreOffice Draw peut exporter un dessin de son format ODG vers le format PNG, ou encore Inkscape peut exporter un dessin de format SVG au format PNG, alors qu’il enregistre naturellement les documents au format SVG (dessin vectoriel). Pour ces logiciels, voyez Quelques logiciels libres.

Extension de fichier

L’extension de fichier se trouve en fin de nom d’un fichier. Par exemple, l’enregistrement d’un interview pourrait être entretien-samuel_johnson.ogg : .ogg est l’extension du fichier et nous indique la nature, le format de ce fichier. Ce peut-être un fichier audio ou vidéo dans le format ouvert OGG. Dans un nom de fichier, il faut toujours un point avant le nom de l’extension et jamais après.

L’extension correspond, en principe, au format de fichier.

Voyez aussi GNU/Linux se fiche des extensions de fichier !

Dans M$Windows, les extensions courantes sont cachées par défaut, ce qui est idiot et dangereux. Vous devez les afficher. Rien de plus dangereux que de cliquer sur un fichier inconnu nommé «Jolie Musique!!!» (sans mention d’extension) qui risque de ne pas être de la musique mais un fichier au format EXE qui vous installe un virus ou un cheval de Troie.

Ne confondez pas «extension de fichier» (voir plus haut) et «extension» pour une application (greffon ou modules, ou plugin en anglais).

Conteneur

En audio et vidéo, il existe une sorte de super format, le «conteneur», qui peut contenir différents formats. Par exemple, OGG est un conteneur qui peut contenir les formats Ogg Vorbis (audio) et Ogg Theora (vidéo). MKV est un autre conteneur pour les vidéos.

Types de formats

Formats ouverts

Les formats ouverts sont disponibles pour tous et permettent ce que le jargon appelle l’interopérabilité, c’est-à-dire la compatibilité entre des logiciels de même type (bureautique, notamment).

Pour en savoir plus, voyez la page sur les Formats ouverts.

Exemple : les formats HTML et TXT sont lisibles dans tout éditeur de texte ou dans un navigateur web. Le format TXT est aussi lisible dans un traitement de texte.

Un document au format HTML peut être ouvert et lu dans un éditeur de texte, un peu sophistiqué de préférence, mais c’est alors la source du document, c’est-à-dire du texte semblable à celui de HTML et courriel, (message publicitaire fictif en très mauvais HTML, à ne pas imiter) et non son rendu sous forme de page web. Dans le navigateur, le document HTML ne peut être modifié alors que dans l’éditeur de texte, c’est possible et facile.

Les formats de LibreOffice (Open Document Format, norme ISO), et ceux d’Abiword sont ouverts, évidemment. En passant, AbiWord propose, à côté du format TXT, de son format par défaut (abw) et de quelques autres, un format compressé : gzabw. Un fichier compressé est moins lourd.

Exemples :

  • Format d’image ouvert : PNG, XCF (format de GIMP)
  • Format audio ouvert : Ogg Vorbis, FLAC
  • Format vidéo ouvert : Ogg Theora, VidX

Formats propriétaires semi-fermés

Le format PDF d’Adobe est propriétaire, lisible dans son lecteur Acrobat Reader mais Adobe donne une documentation suffisante pour que ce format puisse être intégré dans des logiciels libres. On parle de format «documenté».

Ainsi, il existe de nombreux lecteurs libres de fichiers PDF, comme Evince, Xpdf ou ePDFView qui sont installés dans les distributions de GNU/Linux, ou que l’on peut installer. Pour ces logiciels, voyez Quelques logiciels libres.

Ainsi, LibreOffice nous offre une fonction très pratique d’exportation d’un document fait avec le traitement de texte ou le tableur ou le module de présentation ou le module de dessin vers le format PDF. Il existe aussi un greffon pour modifier un document PDF dans LibreOffice.

Formats fermés (verrouillés, codes secrets)

M$, Apple et bien d’autres logiciels propriétaires affectionnent les formats fermés.

LibreOffice a une fonction «enregistrer sous» format M$ (DOC, DOCX, etc.) mais si votre mise en page est complexe, le document lu ensuite sous M$office ne sera pas aussi parfait que l’original composé sous LibreOffice. C’est la faute du format fermé auquel tout accès est interdit et non le fait de l’incompétence de la communauté LibreOffice.

Solution : faites des documents avec une mise en page simple et rigoureuse et enregistrez-les sous un format M$ seulement juste avant de les partager avec des tenants de M$. Faites connaître LibreOffice (et AbiWord) à vos collègues, connaissances ou amis. Vous leur rendrez service.

Formats audio et vidéo

Les formats audio et vidéo sont très nombreux et des logiciels propriétaires ont inventé chacun les leurs (par exemple RealPlayer, Windows Media Player, Quicktime d’Apple).

Le sujet, vaste et complexe, inclut la question des codecs. Bien qu’il existe très peu de formats ouverts dans ces deux catégories, les logiciels libres se débrouillent bien avec les formats fermés pour lire les fichiers audio et vidéo.

Le lecteur multimédia VLC utilise ses propres codecs et lit tout ce qui existe.

Pour en savoir plus sur les formats

Il reste encore à parler d’interopérabilité et de rétro-ingéniérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *