La machine

Les ordinateurs ont bien changé depuis leur ancêtre «la Bombe», conçue par Alan Turing et améliorée par Gordon Welchman, à Bletchley Park (Grande-Bretagne), pendant la Seconde Guerre mondiale (photo de Tom Yates, source Wikimedia Commons) :

La Bombe reconstruite

La Bombe, Musée de Bletchley Park

Un ordinateur est maintenant composé d’une unité centrale (un boîtier et son contenu) et généralement de trois périphériques (écran, clavier, souris).

Unité centrale

L’unité centrale, ou UC, est l’ensemble des composants et du boîtier qui constituent l’ordinateur et lui donnent ses caractéristiques et ses performances.

Boîtier

Le boîtier est ce que vous voyez de l’unité centrale. C’est une «tour» ou une boîte posée à plat ou sur tranche, de taille variable.

La qualité du boîtier est un point important.

Vous pouvez ouvrir un boîtier mais prudence, tout est fragile à l’intérieur et il faut toujours débrancher tous les câbles extérieurs avant toute ouverture et manipulation. Les composants sont sensibles à l’énergie statique, attention, ne touchez rien si vous n’y connaissez rien.

Faire le nettoyage de temps en temps (environ tous les six mois). Passer l’aspirateur d’assez loin sans rien toucher, nettoyer bien le ventilateur ou les ventilateurs qui peuvent être encrassés de poussière. Ensuite, finir de nettoyer soigneusement avec un pinceau anti-statique.

Si votre ordinateur est sous garantie et que vous l’avez acheté tout fait, n’ouvrez pas le boîtier. Attendez la fin de la garantie.

Composants

Voici les composants enfermés dans le boîtier :

  • Alimentation – composant capital – marques BeQuiet, Seasonic, Corsair, Antec, Fortron (FSP), Enermax, sont des constructeurs sérieux – 380W à 500W selon l’énergie requise, notamment par le processeur et la carte graphique
  • Carte mère : CM – motherboard, Mobo : tous les composants se branchent sur la CM qui doit être de bonne qualité. Les CM ont des types de socket différents selon le processeur.
  • Processeur (CPU) : deux constructeurs – Intel (Pentium, Celeron, Intel Dual Core, Core…) – AMD (Duron, Athlon, Sempron, Athlon II, Phenom…) Plus ou moins puissants, et adaptés à tel type de socket.
  • Carte son : intégrée à la CM, suffit aux usages courants, notamment sur les CM récentes.
  • Carte graphique : CG (video card, GPU) peut être intégrée à la CM (onboard video card) ou pièce indépendante à installer sur un port PCI-Express (ou VGA pour les anciennes CM) — voir plus bas «Ports».
  • Barrettes de mémoire : («RAM», voir plus bas).
  • Disque dur – sa taille a augmenté considérablement mais il faut choisir une bonne qualité, comme certains modèles chez Western Digital ou Seagate – c’est là que sont gardés non seulement le système mais tous vos documents (textes, photos etc.).
  • SSD : remplace peu à peu le disque dur. Encore très cher et avec peu d’espace. Produit recommandé: Samsung 840 EVO.

Le lecteur et/ou graveur CD ou DVD, lecteur de disquettes, etc., qui sont pourtant bien encastrés dans le boîtier sont des périphériques car ils ne sont pas indispensables pour profiter d’un ordinateur.

Périphérique n° 1 : l’écran

Pour avoir un ordinateur, il faut aussi un écran («moniteur», du temps des CRT (écrans non plats) — autrement, vous n’avez qu’une UC.
La qualité de l’écran de l’ordinateur est un point important, la qualité de l’affichage en dépend.

Les anciens écrans cathodiques (CRT = les gros) sont assez nocifs pour les yeux et pour la santé, du fait de leurs ondes électromagnétiques.

Les écrans plats (LCD, moins robustes, moins nocifs pour la santé, moins encombrants). Les tailles ont bien changé en quelques années : 19″ (pouces) est devenu le minimum.

Autres Périphériques

Les périphériques peuvent être internes (encastrés dans le boîtier) ou externes (extérieurs au boîtier et branchés sur la CM).

Périphériques internes

  • lecteur optique (lecteur et/ou graveur CD ou DVD)
  • lecteurs de disquettes, lecteurs Zip : antiquités qui peuvent dépanner.

Périphériques externes

Voici quelques exemples de périphériques externes courants, branchés en permanence ou temporairement :

  • modem externe pour le bas-débit ou modem ADSL quand on ne passe pas par une box de FAI.
  • enceintes pour le son
  • imprimante jet d’encre ou laser, simple ou multifonctions
  • scanner
  • clé USB
  • appareil photo
  • disque dur externe, enfermé dans un petit boîtier
  • lecteur optique externe

Ces périphériques externes se branchent à la carte mère par le biais d’un câble USB et d’une prise qui dépasse à peine du boîtier et que l’on appelle «port externe» (voir ci-après).

Les enceintes ont un câble particulier avec une prise jack. Les imprimantes sont en général livrées sans câble USB.

Enceintes, disque dur externe, imprimante, modem, sont pour la plupart tous reliés à l’alimentation électrique par un cordon et souvent par le biais d’un transfo. Ce matériel est fourni avec les périphériques.
Certains périphériques (disque dur externe format portable 2.5″) ou petites enceintes peuvent se brancher simplement à un port externe USB de la carte mère qui leur fournit suffisamment d’électricité pour fonctionner).

Ports

Un port est une sorte de prise, pour brancher un périphérique externe à la carte mère de l’Unité centrale ; souvent à l’arrière du boîtier. Exemples :

  • port série (une prise avec des sortes de piques) pour brancher un modem externe ou certains GPS
  • port USB. Il peut y avoir des ports USB à l’avant du boîtier (= en façade), plus pratique pour brancher une clé USB.
  • Port VGA : prise souvent bleue piquée de trous pour brancher le câble de l’écran) ; port le plus répandu. Il se trouve sur la CG de la CM, que la CG soit intégrée à la CM ou indépendante.
  • Port DVI : format de port plus récent pour brancher un écran. Certains écrans et certaines cartes graphiques ont un port VGA et un port DVI.

Un port est aussi une sorte de fixation qui se trouve sur la carte mère et dans laquelle on peut enficher des composants comme ceux-ci :

  • Port VGA pour carte graphique, sur des CM déjà anciennes (2004
  • Port PCI-Express (ou PCI-E) pour carte graphique, sur pour les CM récentes.
  • Port PCI : fixation pour toutes sortes de carte PCI – anciennes cartes graphiques, carte de port USB, carte réseau…
  • Port pour barrettes mémoires

Le disque dur

Disque dur : DD (HDD, Hard Disk Drive en anglais) ; en exagérant beaucoup on peut dire que c’est rond comme un disque, épais comme un (mince) mille-feuilles et fragile comme de la porcelaine. C’est enfermé dans un rectangle de métal.

C’est sur le DD que sont stockées toutes les données : vos documents variés ainsi que le système qui fait fonctionner l’ordinateur et les logiciels.

Taille d’un disque dur

Le disque dur se mesure, depuis près d’une dizaine d’années, en Giga octets. Les anglophones disent GB (Giga Byte, byte = «octet»): on prononce djigabaïte, la syllable ga se prononçant [gue]. Mais on dit depuis longtemps Mio au lieu de Mo.

  • Giga-octet 1 Gio = 1000 Mio,
  • Méga-octet 1 Mio = 1000 Kio
  • Kilo-octet 1 Kio = 1000 octets
  • Tera-octet 1 Tio = 1000 Gio

Les disques récents vont de 500 Gio à 1 Terra octet (Tio) et plus. Un disque dur peut être divisé en partitions pour que les données soient mieux organisées ou séparées ou pour installer plusieurs systèmes.

Mémoire

RAM (Random Access Memory) : Mémoire disponible pour l’ordinateur. C’est un élément très important pour la rapidité de la machine même si d’autres facteurs entrent en compte.

En 1999, 64 Mio de RAM était honorable, 128 Mio était presqu’un luxe.

En 2014, 512 Mio sont considérés comme 64 Mio en 1999. M$Windows impose 4 à 6Gio mais pour GNU/Linux 500 Mio à 2Gio suffisent. 2Gio ou plus peuvent être utiles pour manipuler de gros fichiers d’images ou des vidéos.

On peut rajouter de la mémoire sur les ordinateurs anciens, notamment, pour les rénover un peu. La RAM est à l’intérieur du boîtier de l’unité centrale, et se présente sous forme de plaques rectangulaires allongées appelées «barrettes de mémoire». Bien se renseigner sur les histoires de compatibilité de ces barrettes.

Pilotes / drivers

Pilotes ou drivers sont de petits programmes qui font marcher le matériel, comme une carte graphique ou une imprimante pour un OS particulier.

Ordinosaures

On appelle «ordinosaures» de très vieux ordinateurs.

  • Ce n’est pas parce qu’un ordinateur a plus de 2 ans que c’est est un ordinosaure.
  • Un ordinateur de 2004 n’est pas du tout un ordinosaure. Selon ses caractéristiques, il peut très bien aller avec une distribution GNU/Linux comme Debian LXDE ou Lubuntu.
  • Un ordinateur construit avant 1999 est assûrément un ordinosaure. Exemples typiques : Toutou Linux sur ordinosaure de 1997 et L’ordinateur de Sam – AMD-K6 pour Noël (cet ordinateur de 1998 fonctionne toujours).
  • Un ordinateur construit en 1999 et après cette date est maintenant un ordinosaure si son processeur est faible et qu’il a peu de mémoire (128Mo et en dessous), comme ce Pentium II.
  • Il est possible d’améliorer un ordinosaure et de le faire passer à l’état d’ordinateur ancien, en lui rajoutant de la mémoire et une carte graphique (ce qui soulage le processeur).
    C’est le cas des 2 ordinateurs décrits dans cet article : #!CrunchBang Linux, dérivée légère d’Ubuntu.

Il existe des distributions de GNU/Linux adaptées à ces vieilles machines. Par exemple, Toutou Linux et SliTaz. Ce qui veut dire que vous avez un ordinosaure avec un système et des logiciels aussi modernes que ce que vous fournit Ubuntu sur un ordinateur construit dans l’année en cours. Comme le dit le slogan de Toutou Linux «N’achetez pas un nouvel ordinateur, téléchargez-en un meilleur».

Voyez cet exemple d’ordinosaure épouvantable : Enfin Puppy-Linux sur un ordinosaure de 1995.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *