Les gens en informatique

Cette page n’est pas terminée. Il reste à dire un mot des communautés autour des logiciels libres.

Les hackers

Un hacker, c’est quelqu’un qui modifie un programme, voire un objet, ou qui détourne un objet de son usage habituel en y ajoutant un peu d’humour, dirait Richard Stallman.
Un hacker ne tue personne, contrairement aux pirates des mers. Il ne détruit pas de machines avec du code, ni ne vole des données privées, contrairement aux programmeurs-malfaiteurs («crackers», en bon anglais).

Selon Gabriella Coleman, une anthropologue qui a écrit un livre sur le sujet (Anonymous : Hacker, activiste, faussaire, mouchard, lanceur d’alerte, [2014]),

le hacking [est] une pratique, souvent orientée vers l’informatique mais pas exclusivement, qui combine le savoir-faire, la recherche de l’excellence, et l’astuce, l’art du détournement. Le savoir-faire, c’est la tradition ; l’astuce, c’est le défi à la tradition. Les deux se rencontrent dans le hacking. On le voit par exemple avec le copyleft, qui est un détournement du copyright, ou avec WikiLeaks, qui renouvelle la manière de «lancer l’alerte». Il y a aussi un grand attachement à l’ingéniosité et à l’humour. — Entretien avec Amaelle Guiton (Libération.fr) 19/01/2016 (c’est moi qui souligne).

Les hackers ont apporté leur aide aux gens dans le monde :

  • Lors du Tsunami de 2004 en mettant en ligne une base de données pour que les gens puissent retrouver leurs proches.
  • Lors du tremblement de terre à Haïti (2010), ils ont mis à jour la carte libre Openstreetmap pour aider les équipes de secours.
  • Lors du Printemps arabe, ils ont aidé les Égyptiens à communiquer tandis que le gouvernement avait «débranché» l’internet. Ils ont aussi essayé d’aider les Syriens contre leur régime répressif.

Voyez cet article de 2012 Drones d’intérêt général qui vous explique bien ce que sont les hackers et hacktivistes.

Stallman - 2013

Stallman – 2013


Richard Stallman est un célèbre hacker — voyez :

Aaron Swartz était un jeune hacker et «hacktiviste» brillant, altruiste et idéaliste qui a été la victime de l’injustice du système judiciaire américain.

Aaron Swartz, 2009

Aaron Swartz, 2009


Sa mort (11 janv. 2013) est une grande perte.

Les Anonymous ont une attitude ambivalente. Ils agissent parfois comme des hackers mais bien souvent comme des crackers.

Les geeks

Les geeks sont des gens doués en informatique et «fondus» d’informatique. Dans les années 2004-2005, le mot était péjoratif : quelqu’un qui a l’air nouille, pas adapté à la vie sociale.

Et les pirates ?

«Et les pirates ?» Richard Stallman répond :

Vous voulez parler des bandits qui arraisonnent des navires, et tuent les gens ?

Et il résoud ainsi ce mot qui, selon lui, est de la propagande.

Il y a beaucoup d’expressions de propagande qui sont des mauvais noms. Et quand il y a un mauvais nom, c’est facile à corriger, on choisit un autre nom. Donc si eux disent «pirate» ou «piraterie », moi je dis «partage». C’est facile. J’ai remplacé un nom par un autre nom. — déc. 2010,

Les médias et les gouvernements confondent deux activités bien différentes :

  • Partager des œuvres sous droit d’auteur (films, musique, livres, photos), sans contrepartie financière
  • Faire de la contrefaçon : copier des œuvres pour les revendre sans autorisation.

Pourquoi appeler «pirates» les gens qui partagent des œuvres sans en retirer de l’argent, sinon pour essayer de nous faire croire que ces gens ruinent Hollywood, Vivendi Universal et toute l’industrie du cinéma et de la musique ? La Quadrature du Net milite pour que les échanges non marchands de fichiers ne soient plus considérés comme une activité illégale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *