Formats ouverts

Les formats ouverts sont une extension naturelle des logiciels libres.

Qu’est-ce qu’un «format» et comment un format peut-il être «ouvert» ?

Qu’est-ce qu’un format de fichier ?

C’est expliqué dans le Glossaire : Formats et systèmes de fichiers.

Formats ouverts

Ce sont de formats ouverts comme ceux de LibreOffice dont nous avons besoin :

  • Ils sont sans brevets
  • Leur code est ouvert à tous
  • Ils ne dépendent ni d’un logiciel ni d’une entreprise
  • Tout logiciel peut les intégrer

Le format ODF a été fait par OpenOffice.org mais il n’a pas de propriétaire. Ce format est une norme ISO depuis 2006. D’autres logiciels l’ont déjà intégré.

Un format ouvert signifie l’indépendance par rapport à un logiciel. Il vous laisse le choix du logiciel. Par exemple, vous pouvez écrire un texte mis en forme avec des logiciels libres comme LibreOffice, OpenOffice.org, ou Abiword ou même avec des applications propriétaires qui les intègrent.

Micro$oft a fait une intégration assez lamentable du format ouvert ODF dans sa suite bureautique, en se contentant de financer le développement d’un greffon (plugin). Mais cela signifie tout de même que le monopole Micro$oft s’aperçoit qu’il ne peut plus ignorer le format ouvert ODF.

Formats fermés

Il existe de nombreux formats fermés dépendant de logiciels privateurs. Exemple : les formats de bureautique de Micro$oft comme DOC ou DOCX et le dernier en date OOXML qui n’est ni très ouvert, ni très XML, ni très conforme : NoOOXML!

Formats semi-fermés

Il existe des formats propriétaires dont les spécifications sont plus ou moins connues, comme pour le format PDF.

Le format PDF appartient à Adobe mais des logiciels libres l’intègrent avec succès. Ainsi, pour lire des fichiers PDF sous GNU/Linux, nous n’avons pas besoin d’acrobat reader, le logiciel privateur (gratuit) d’Adobe ; voyez la page Quelques logiciels libres.

Cependant, il y a quelques cas dans l’administration française qui rendent obligatoire le logiciel privateur Acrobat Reader pour leurs formulaires PDF. Consultez la page de l’APRIL Sites conseillant des logiciels privateurs.
Mais il est bien évident que simplement vous inciter à utiliser un logiciel privateur est moins grave que vous empêcher d’utiliser un logicel libre.

Formats ouverts pour la pérennité des documents

Les formats ouverts sont la seule manière de garantir que les documents restent accessibles et lisibles dans le temps.

Un format fermé dépend de son propriétaire qui est souvent propriétaire du logiciel qui produit ce format de fichier. Si ce logiciel change de format ou n’est plus développé, vos documents ne seront plus lisibles.

Micro$oft produit une nouvelle version de sa suite bureautique avec un nouveau format. Si vous enregistrez votre document sous ce nouveau format, votre correspondant ne pourra pas le lire s’il n’achète pas la licence du nouveau logiciel de Micro$oft.

Il arrivera enfin un jour où vous-mêmes ne pourrez plus lire vos anciens documents en format fermé. Tout simplement parce que le propriétaire de votre logiciel aura décidé de ne plus s’occuper des vieux formats qu’il avait pourtant produits lui-même et vous avait imposés.

Les administrations, les collectivités, les entreprises, les associations qui ne choisissent pas les formats ouverts se confronteront un de ces jours à la disparition de fait de leurs documents. Un document illisible est un document perdu.

Heureusement, un logiciel libre comme LibreOffice, qui est une branche dérivée d’OpenOffice.org libéré d’Oracle) et qui utilise le format ouvert ODF, ou encore Abiword, permettent de lire ces documents Microsoft anciens et de les convertir en formats ouverts.

Compatibilité des fichiers (interopérabilité)

Si vous obligez quelqu’un à devoir payer une licence pour installer un logiciel privateur et dans telle version, seuls capables de lire votre document, vous allez à l’encontre de l’interopérabilité. Votre fichier n’est compatible qu’avec tel logiciel et souvent telle version du logiciel.

Avec les formats ouverts, vous pouvez communiquer avec les autres sans les faire passer sous le joug des logiciels privateurs.

Bonnes lectures à propos des formats ouverts

Entre la documentation de l’APRIL et celle de la FSF-E, vous pouvez vous instruire sans vous ennuyer et partager dépliants et affiches :

Aperçu document formats ouverts APRIL

Image dépliant DFD

  • Formats ouverts, pour quoi faire ? — dépliant fait l’APRIL très bien fait, et affiche (aperçu ci-contre que vous pouvez agrandir)
  • Dépliant sur les Formats ouverts, avec un aperçu ci-contre que vous pouvez agrandir, fait par la FSF-E, au format PDF : DFD-recto et DFD-verso.

Diversité des formats ouverts

Cette affiche, La Goëlette des formats ouverts, vous donne un aperçu de la diversité des formats ouverts.

L’affiche est au format PNG, ce qui vous permet de réduire sa taille sans perte de qualité. Elle a été faite avec OpenOffice.org Draw, module de dessin vectoriel, au format ouvert ODG, pour la Journée de Libération des Documents de 2008 / Document Freedom Day. De là, un clic a suffi pour convertir l’image du format ouvert ODG en un autre format ouvert PNG.

Retenez au moins ceci :

  • En format audio, OGG est ouvert et bien supérieur à MP3 (qui n’est pas un format ouvert),
  • FLAC est un format qui compresse les données musicales mais n’altère pas le son, c’est donc un format de compression audio sans perte de qualité,
  • En format d’image, PNG est bien mieux que JPG car il compresse sans perte de qualité mais il produit des fichiers plus lourds.
  • En bureautique, les formats ouverts ODF sont à privilégier, entre autres :
    • ODT pour les documents issus d’un traitement de texte
    • ODS pour les documents issus d’un tableur

La Gendarmerie a choisi les formats ouverts

La Gendarmerie a non seulement choisi les formats ouverts, mais GNU/Linux et les logiciels libres, depuis plusieurs années, pour être indépendants et mieux communiquer. Voici un article qui vous présente des extraits d’un interview avec le Colonel Nicolas Géraud : GNU/Linux et les logiciels libres: le choix de l’universalité.

Journée internationale des Documents ouverts / DFD

La journée internationale de Libération des Documents / Document Freedom Day a été lancée par la FSF-E (Free Sotware Foundation, Europe) et elle a lieu tous les ans le dernier mercredi du mois de mars. Pour en savoir plus : Journée internationale de Libération des Documents 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *