Searx et moteurs de recherche sans espionnage

Après avoir lu Solutions alternatives aux GAFAM&Co, vous devez commencer par vous libérez-vous de Google Search car c’est très facile.

La première chose à faire est de ne plus utiliser le moteur de recherche de Google, ni d’ailleurs Bing, Yahoo.

Searx au lieu de Google Search et autres

Vous pouvez donc utiliser Searx qui est un méta-moteur de recherche, c’est-à-dire qu’il agrège les résultats de Google et des autres mais en vous protégeant de l’espionnage des uns et des autres, sans filtrage et sans vous enfermer dans la bulle de vos sujets favoris ou de vos goûts personnels.

Searx fait partie de la campagne de dégloogisation de Framasoft et je trouve que c’est une bonne idée de nous inciter à utiliser un service décentralisé, qui ne dépend pas de la bonne volonté d’une entreprise (que ce soit DuckDuckGo ou Qwant).

Searx est décentralisé, ce qui est fondamental face aux GAFAM. C’est un logiciel libre (excellente licence AGPLv3+) que tout le monde peut installer sur son serveur. Framasoft explique comment l’installer pour le mettre au service des internautes, si cela vous intéresse.

Bien entendu, l’objectif de Searx n’est pas de détrôner avec Google Search mais simplement d’offrir une recherche sans espionnage et non centralisé chez un fournisseur. Si telle instance de Searx est en carafe, il suffit d’en utiliser une autre.

Vous n’avez pas besoin d’accumuler les moteurs de recherche généralistes, Searx devrait suffire, tout simplement.

Instances de Searx

Vous pouvez donc trouver Searx ici et là. La Quadrature du Net, par exemple, offre un service Searx et Framasoft en offre trois avec des noms différents, dont Framabee (la petite abeille butineuse). Quelqu’instance Searx que vous utilisiez, les résultats seront les mêmes. Voici ce que donne la page d’accueil de Framabee, sans avoir fait de recherche :

Page Searx, Framabee

Les instances Searx de Framasoft ou celle de La Quadrature du Net s’intégrent d’un clic aux moteurs de recherche de Firefox mais pas celle de Drakonix (voir collectif Anti-GAFAM) qui se consulte sur le site web de drakonix.net. Cela changera sans doute.

Je trouve que Framabee est moins rapide que le Searx de La Quadrature du Net. Les deux sites sont en principe bien sécurisés (Certificat Let’s Encrypt), ce qui veut dire qu’aucun malfrat (“Man in the Middle”) ne peut lire votre recherche ni les résultats.

Vous pouvez consulter une liste des instances de Searx sur son espace GitHub ; je vous laisse chercher avec Searx ;-) . Pour TorBrowser, utilisez une instance qui possède une URL en ONION, bien sûr.

Nombreux paramètres chez Searx

Les paramètres de Searx sont une petite mine et vous pouvez ainsi adapter Searx à votre usage. L’exploration vaut la peine. La possibilité de passer vos recherches en POST au lieu de GET est bien appréciable, ainsi que modifier la source des recheches. (POST et GET ?, StartPage vous l’explique, voyez plus bas).

En particulier, vous pouvez modifier les paramètres de Searx pour que les résultats soient pertinents pour le français (clic sur la petite roue, en haut à droite). Il faut alors autoriser un cookie permanent pour que vos paramètres soient enregistrés une fois pour toutes. Ce cookie ne vous espionne pas car il ne quitte pas votre disque dur. Reportez-vous à [Depuis Firefox 44] Se débarrasser des cookies.


DuckDuckGo, StartPage, Qwant ?

Quant à DuckDuckGo, StartPage ou Qwant, à vous de lire attentivement leurs mentions légales protégeant nos données personnelles et notre vie privée. Ces entreprises sont liées par leurs mentions légales. Elles ne peuvent pas écrire qu’elles ne conservent pas votre IP, par exemple, si elles la conservent car elles s’exposent à des poursuites judiciaires et perdraient un procès qui leur serait fait. Cependant, les termes employés dans ces documents juridiques ne sont pas toujours absolument clairs, notamment la définition des « données personnelles » et une formulation habilement tournée peut piéger les utilisateurs d’un logiciel.

Nombre d’internautes ont perdu toute confiance dans les entreprises du « Net ».

DuckDuckGo

DuckDuckGo (DDG) est évidemment une alternative à Google mais c’est encore un service centralisé, dépendant des publicités et des affiliations aux GAFAMs pour sa survie financière et, apparemment au moins, installé dans le cloud d’Amazon.

Quelques remarques :

  • D’après le résultat du test chez SSLLABS, DuckDuckGo est chez Amazon (le cloud)
  • Le noyau de DDG n’est pas sous licence libre, même si DuckDuckGo soutient les logiciels libres.
  • Les explications sur la page « Privacy » de DuckDuckGo semblent claires. DDG vous conseille d’utiliser la version TLS, sans modifier de paramètres mais l’article de Wikipédia sur POST penche plutôt pour HTTPS + POST.
  • DuckDuckGo dit exactement : We also save searches, but again, not in a personally identifiable way […] (les mots recherchés sont conservés par DDG mais pas de manière à identifier les internautes, c’est du moins ce que je comprends, ce qui ne veut pas dire que c’est exactement ce que la formule en anglais veut dire …)
  • DDG offre un proxy ponctuel (via son !bang).

DuckDuckGo est maintenant le moteur de recherche de Tor Browser mais avec son adresse ONION, ce qui est différent d’une utilisation dans Firefox et donc ne veut pas dire que c’est le moteur de recherche à utiliser dans Firefox.

Initiatives européennes

Pour information, voici deux initiatives européennes de moteur de recherches, StartPage (Pays-Bas, avec des antennes aux USA) et Qwant (France, avec une antenne en Allemagne). Cela fait plaisir de voir que des Européens se sont bougés un peu au lieu d’attendre tout de Google ou de DuckDuckGo.
Cependant, aucun moteur de recherche ne peut vraiment rivaliser avec Google Search, même si Qwant a fait de gros progrès. Ils peuvent surtout nous éviter l’espionnage des GAFAM, même en nous donnant des résultats tirés de Google Search ou de Bing.

StartPage

Ixquick et depuis mars 2016 StartPage seul existent depuis la disparition de Scroogle.org. C’était l’entreprise Lavabit, qui avait mis en ligne Scroogle.org — tiens, Lavabit, ça ne vous dit rien ?

Quelques remarques sur StartPage :

  • Le site web de StartPage donne beaucoup de détails et d’infos (on apprend par exemple la différence entre POST et GET — ce qui peut se paramétrer dans Searx).
  • Leur mentions légales sont utilement complétées par une FAQ plus précise mais quel est le poids légal d’une FAQ ?
  • StartPage vous donne les résultats de Google, et en principe sans l’espionnage de Google, malgré la présence de publicités sur lesquelles il ne faut bien sûr jamais cliquer. Leur sécurisation TLS a l’air excellente (A+ chez SSLLABS.com)
  • Ce moteur de recherche vous offre aussi un proxy ponctuel pour aller voir une page web par l’intermédiaire de StartPage.

Vu l’existence de Searx, StartPage me paraît désormais sans grand intérêt, à part le proxy ponctuel très simple (un clic sur le lien marqué « Proxy »)

Qwant

L’entreprise a été beaucoup critiquée en 2013, à la sortie de Qwant. En effet, malgré sa prétention à offrir un moteur de recherche indépendant, elle tire encore ses résultats de Bing (elle s’est associée à Microsoft). En cherchant  « Qwant » dans Searx, vous trouverez un article du Monde assez complet et il faut évidemment lire attentivement toutes les informations présentes sur le site de Qwant.
Bien entendu, un ministre et un ministère de France recommandant Qwant ne donnent pas particulièrement confiance. Ceci n’est pas tout à fait un Troll, car les décisions françaises en matière informatique laissent à désirer, comme le contrat de l’Éducation nationale avec Microsoft ou la récente décision de la Ministre de la Culture d’installer MSOffice dans tout le ministère.

Quelques remarques concernant Qwant :

  • D’après SSLLABS, www.qwant.com et www.qwantjunior.com sont très bien sécurisés, mais pas lite.qwant.com (sécurisation qui date d’un autre âge).
  • Si c’est toujours vrai, le refus de Qwant d’utiliser le cloud (contrairement à DuckDuckGo), et l’usage de leurs propres serveurs est un bon point en sa faveur.
  • Bonnes initiatives, à vérifier dans la pratique : Qwant Junior (avec Scratch en ce mois de Décembre) et Qwant Music (pour la recherche, mais écouter dans Qwant de la musique via YouTube ou autre, ce n’est plus le rôle d’un moteur de recherche, sans même parler du respect de la vie privée remis en question par YouTube et autres)
  • Selon un article du Monde, Qwant devait ouvrir le code source de son logiciel.
  • Très mauvais point, la possibilité pour les utilisateurs de s’ouvrir un compte. C’est un moteur de recherche, pas un réseau social et un compte est superflu pour régler quelques paramètres (probablement superflus eux aussi).
  • N’autorisez pas le cookie qui se place peut-être encore dans LocalStorage.
  • Même si c’est la seule solution pour tenter de rivaliser Google Search, devenir un portail ne me paraît pas une bonne idée du tout pour un moteur de recherche mais cela plaira à de nombreux internautes.

Le 4 juillet 2016 (Independence Day aux USA), Qwant a conclu un accord avec Mozilla pour proposer un Firefox avec Qwant comme moteur de recherche par défaut. Mais cette version de Firefox n’est disponible que sur le site web de Qwant. L’impact de cet accord est donc très limité, du moins pour le moment. Par principe, il faut se méfier de tout téléchargement de Firefox hors de chez Mozilla et cette version avec Qwant n’est pas prête d’être disponible dans les dépôts de Debian ni même d’Ubuntu.
Ceci dit, il est inutile de télécharger cette version un peu trop surchargée de boutons Qwant etc. Installer le seul moteur de recherche dans votre Firefox actuel est bien plus simple.

Je pense que Qwant, avec son allure de portail (dernières actualités, muraille d’images quand on affiche les images liées à une recherche), devrait séduire nombre d’internautes.
Avec ses accessoires (comptes, carnets, services annexes [Qwant Music]) et son style de portail, Qwant est conçu pour retenir l’internaute et le rendre dépendant. C’est une bonne manière de s’attacher des utilisateurs alors que le moteur de recherche lui-même n’est pas plus efficace que Searx. Il est nécessaire d’offrir aux internautes quelque chose de différent qui fera une page d’accueil dans Firefox plus attrayante que celle par défaut. Et c’est toujours mieux que le portail de votre FAI …

Conclusion

Searx est le seul « moteur de recherche » recommandable car il n’en est pas un. Il n’y a pas d’entreprise derrière Searx devant gagner des sous et du prestige. C’est le seul qui soit entièrement libre et décentralisé.

Ce qui ne vous empêche pas d’explorer des moteurs de recherches originaux comme Qwant ou DuckDuckGo, après avoir lu leurs mentions légales, les FAQ et des articles, notamment Wikipédia et les liens en notes et après avoir fait vos propres recherches sur ces moteurs de recherche.

PS : Merci à Pierre pour ses commentaires qui sont à l’origine de la refonte complète de cet article.

6 commentaires

  • Je ne connaissais pas Searx, merci ! :D

    Par contre, lorsque j’essaie de télécharger le plug-in pour en faire mon moteur de recherche depuis laquadraturedunet, j’obtiens le message d’erreur suivant : « Firefox n’a pas pu télécharger le plugin de recherche à partir de : https://searx.laquadrature.net/opensearch.xml »

    Une idée du pourquoi ?

    • Liberté GNU/Linux

      Bonjour A., Oui, cela arrive, ça vient de LQN ; dans ce cas, prends Framabee.org ou autres Searx de Framasoft. Si ça ne marche pas, c’est que ton Firefox, ou tes modules bloquent l’installation. Et là, il te faudra de la patience pour débloquer la situation.

      • En effet, contrairement à ce que je craignais, le problème ne venait pas de mon navigateur ou de mes addons, mais de LQN. En fait, j’ai eu le même soucis avec plusieurs instances de Searx de Framasoft : la seule que j’ai pu finalement installer comme moteur de recherche est tontonroger.

        En tout cas, un grand merci pour la découverte de ce moteur de recherche, je reste dans les parages à l’affût de nouvelles informations et connaissances que tu aurais à partager. ;)

  • Pour ma part, je ne suis pas aussi radical/intégriste, Searx à pour lui son ouverture mais les alternatives respectueuses de la vie privée ne sont pas pour autant à bannir.

    Pour rappel, jusqu’à ce qu’il n’y a pas si longtemps, Mozilla dépendait financièrement exclusivement de Google et encore aujourd’hui, la fondation tire une part non négligeable de ses revenus des GAFAM (au moins de Google, Yahoo, Yandex et Baidu). De plus Mozilla a aussi expérimenté la pub respectueuse de la vie privée dans Firefox, a du se résoudre à supporter les DRM, etc. Faut-il pour autant rejeter ses produits ?

    • Liberté GNU/Linux

      Voilà, Pierre, j’ai refait tout cet article.

      Personnellement, je ne conseille que Searx que je trouve très complet et c’est le seul (avec Seeks) qui soit décentralisé.
      Mais j’ai pris le temps de m’intéresser à trois autres moteurs de recherche.

      Pour Firefox, j’ai déjà indiqué pas mal de choses (ailleurs sur le site et indirectement par des liens externes) mais là on n’a pas mieux que Firefox (on pourrait avoir un super Iceweasel, mais c’est une autre histoire) et on n’a pas besoin d’accepter les DRM dans Firefox qui reste assez souple.
      « intégriste » est un mot à bannir quand on parle de logiciel libre : Intégristes, Ayatollahs du Libre
      Les moteurs de recherche DuckDuckGo et Qwant ont probablement de bonnes intentions mais tant que leur code reste au moins partiellement privateur, il est impossible de les recommander sans risque. Searx peut avoir des failles de sécurité mais nous serons tous au courant et elles seront réellement corrigées. Searx n’est pas « ouvert », il est libre et décentralisé. C’est tout à fait différent d’open-source. Bien évidemment, il ne concurrence pas Google et les autres, puisque chacun peut l’installer sur son propre serveur. Concurrencer Google, c’est posséder une multitude de serveurs et une fortune. Qwant en est loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *