Thunderbird et Firejail dans Debian

En faisant de nouveaux essais avec Firejail, je m’aperçois que ce petit programme très malin fait un couac avec Thunderbird qui fut Icedove dans Debian. C’est facile à résoudre mais il vaut mieux aussi prévenir le responsable du paquet ou le développeur de Firejail.

Il s’agit du paquet firejail 0.9.50-3~bpo9+1, installé depuis le dépôt Backports de Debian Stretch.

Je parlerai de Firejail un de ces jours. En principe, il s’utilise très simplement et vous n’avez pratiquement rien à faire.

Pour le moment, voici le problème qui ne concerne probablement que Debian (et peut-être même pas votre Debian, à vous de voir) :
Dans son fichier de configuration pour Thunderbird, Firejail inclut des références à Icedove qui provoque une incompatibilité avec Debian Stretch (et selon votre installation, avec Debian Jessie également) ;

  • Quand vous lancez Thunderbird avec Firejail dans le terminal, Thunderbird affiche une fenêtre d’avertissement et d’erreur et refuse de se lancer ;
  • la fenêtre d’avertissement vous indique que vous devez supprimer le dossier .icedove ;
  • vous le supprimez ;
  • vous lancez de nouveau Thunderbird avec Firejail dans le terminal et la fenêtre d’avertissement apparaît de nouveau ;
  • en effet, le dossier .icedove est de nouveau présent.

En regardant le fichier de configuration de Firejail pour Thunderbird /etc/firejail/thunderbird.profile, vous voyez la ligne suivante :

mkdir ~/.icedove

C’est donc Firejail qui fabrique ce nouveau dossier dans votre dossier personnel (/home/tuxou, dans le cas d’un utilisateur nommé tuxou). Et la présence de ce dossier provoque une erreur. Le profile Icedove est en effet désormais inutile puisque vous avez dû faire votre transition de Icedove à Thunderbird depuis longtemps.

Il suffit donc de supprimer toute référence à Icedove dans le fichier thunderbird.profile de Firejail.

  • Pour cela, supprimez les quelques lignes qui contiennent le mot icedove ;
  • vous pouvez utiliser Nano, un éditeur de texte simple à utiliser qui s’affiche dans le terminal :
    # nano /etc/firejail/thunderbird.profile
    
  • pour supprimer une ligne complète, utilisez les flèches de direction du clavier pour placer le curseur au début de la bonne ligne et appuyez sur les touches [Ctrl-K], ce qui est la manière de couper du texte ;
  • pour enregister le fichier : [Ctrl-O] ;
  • pour quitter Nano : [Ctrl-X].

Bien entendu, à la prochaine mise à jour de Firejail, ce fichier modifié sera écrasé par le nouveau profile livré avec Firejail mais d’ici là, il aura été corrigé soit par le développeur de Firejail, soit par le responsable du paquet Debian, Reiner Herrmann. Il est probable que le développeur de Firejail a modifié ce fichier dans sa toute dernière version (décembre 2017). Le paquet pour Debian Stretch nous offre une version plus ancienne (oct. ou nov. 2017), même dans le dépôt des Backports. C’est ce dépôt qu’il vaut mieux utiliser pour Firejail, pour avoir une version tout de même plus récente. Néanmoins, la version du dépôt stable ne présente peut-être pas mon petit problème du jour. Je vous laisse vérifier tout ça si cela vous amuse ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *